Les macérâts huileux

Infusion de plantes ou d’une partie d’un végétal – feuilles, racines, tige, fleurs, gousses, graines – dans une huile, le macérât huileux permet d’y extraire les composés actifs ou aromatiques de ces plantes. Utilisé en gastronomie – l’huile pimentée que l’on met sur les pizzas par exemple est un macérât huileux ! – ou en usage externe, vous pouvez les trouver en boutique bio mais aussi les faire vous-même, rien de plus facile!

macerat

Choix de la plante :

Privilégiez les plantes selon leurs bienfaits ; vous pouvez même associer plusieurs plantes selon les propriétés que vous souhaitez donner à votre macérât – cf. ci-après.


Choix de l’huile :

Je conseille de choisir des huiles peu sensibles à l’oxydation et selon leurs vertus. Par défaut, j’utilise l’huile de tournesol, parce que peu chère et aux propriétés adoucissantes, fluide et à l’odeur peu marquée – donc adaptée pour les extractions de composés aromatiques, elle est également considérée comme une huile sèche et pénètre ainsi facilement dans la peau. Si vous souhaitez apporter à votre macérât des propriétés nourrissantes adaptées aux peaux sensibles, matures ou sèches, privilégiez plutôt l’huile d’olive. Et enfin pour les peaux de nos chers petits, vous pouvez également choisir l’huile d’amande douce ; si douce et nourrissante, les peaux les plus sensibles l’adorent.


Procédure

  • Première possibilité : la macération à froid

Mettre 15 à 20 g de la plante choisie pour 100 mL d’huile dans un contenant en verre, si possible teinté afin de prévenir l’oxydation par les rayonnements UV, et laisser macérer 2 à 3 semaines à température ambiante en agitant régulièrement.

  • Seconde possibilité : la macération à chaud

Si vous ne souhaitez pas attendre autant de temps, procédez de même mais laissez macérer à température plus élevé, soit 2 à 3h à 70°C – dans un four à chaleur douce par exemple, ou 12h à 40°C – en yaourtière par exemple.

Dans les deux cas, filtrez ensuite le macérât et stockez le dans un contenant en verre teinté.


Propriétés de différents macérâts

Arnica (fleurs) : anti-inflammatoire, anti-douleur et anti-ecchymose, il convient particulièrement en cas de choc, coups, contusion, hématome, foulure, entorse, douleurs musculaires ou tendineuses, rhumatismes, arthrose, etc… et même extraction dentaire.

Bellis ou paquerette (fleurs) : aux propriétés tonifiante, raffermissante et décongestionnante, ce macérât peut être utilisé en cas de soins tenseur du derme, d’œdèmes, ou encore de courbatures.

Calendula ou souci (fleurs) : mon chouchou car particulièrement bénéfique pour ma peau sensible et celle des petits choux – même dès la naissance. Déjà employé au Moyen Age en usage externe, il est apaisant, cicatrisant, décongestionnant, réparateur et permet ainsi de calmer les irritations de la peau, les brûlures légères, les mains gercées, les coups de soleil, les problèmes de peaux atypiques, les piqûres d’insectes, etc… A se procurer absolument!

Camomille (fleurs) : aux vertus anti-douleur – notamment dans le cas des poussées dentaires, cicatrisante et calmante des irritations cutanées, particulièrement indiqué pour la peau sensible des bébés.

Consoude (feuilles et racines) : anti-inflammatoire, cicatrisant et régénérant, ce macérât est très utile en cas d’irritations, de plaies légères et de soins des peaux matures.

Lavande (fleurs) : apaisant, relaxant, cicatrisant,  anti-septique, antalgique et légèrement parfumé, il aide à calmer les irritations cutanées, les coups de soleil mais également les courbatures.

Millepertuis (fleurs) : anti-inflammatoire, antalgique et cicatrisant, il est particulièrement indiqué en cas d’échauffement de la peau et de brûlures, de douleurs articulaires et de démangeaisons liées aux piqûres d’insectes ou aux maladies infantiles.

D’autres macérâts aromatiques peuvent être réalisés, tels que celui à base de gousses de vanille, qui ne présente pas de propriétés exceptionnelles si ce n’est celles de l’huile utilisée, mais a une odeur particulièrement suave et agréable qui parfume les soins cosmétiques naturellement.

Vous pouvez enfin associer plusieurs plantes pour réaliser vos macérâts. Pour les bébés et enfants, j’aime bien réaliser un macérât dans de l’huile d’olive à base de lavande, de calendula, de mauve et de camomille, que j’utilise ensuite pour divers soins : liniment, crème visage, lait corps, etc…

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s